Imprimer la page

Celui qui inventa les Vieilles Dames, croqua les marins, les gendarmes, les chats ironiques, laisse une oeuvre considérable de caricatures d'hommes politiques, de De Gaulle à Mitterrand en passant par Pompidou, Giscard, Chirac, Fabius et tant d'autres, chacun de ses dessins étant accompagné par une légende mordante et pleine d'esprit. Son dessin quotidien dans le Figaro équivalait à un éditorial et était largement commenté. Nul n’a oublié la petite Marianne pleurant sur le tronc d’un chêne abattu lors de la mort du Général de Gaulle le 9 novembre 1970.

Son ancrage angloy

Mais on sait moins que Jacques Faizant a passé toute son enfance à Anglet et qu’il y a conservé la maison familiale, où il venait passer toutes ses vacances d’été. Les lecteurs du Figaro s’en apercevaient lors de son premier dessin, où figurait sur la gauche le phare de Biarritz pour bien montrer qu’il était à Anglet. C’est par attachement à Anglet qu’il accepta en 1978 la proposition de Gérard Bouvier, alors conseiller municipal, de participer à la création puis de présider le Festival du Dessin Humoristique d’Anglet qui devait révéler bien des talents tels que Jean Duverdier ou Philippe Tastet dans notre région. Chaque année, la pipe au bec, il retrouvait avec joie ses collègues dessinateurs, Barberousse, Gus ou Iturria avec lesquels il partageait à la Chambre d’Amour les dessins exposés. Lors du quarantième anniversaire de mandature de Victor Mendiboure, il avait généreusement accepté de croquer le Maire d’Anglet pour le carton d’invitation dont il fit présent de l’original au premier magistrat avec lequel il entretenait une relation complice.

Un témoin de son temps

Anglet a consacré trois grandes expositions à Jacques Faizant mises en espace par Claude Benavides. La première en 1985 présentait la richesse de son talent dans tous les domaines. En 1990, 150 de ses dessins consacrés au Général de Gaulle commémorèrent le 20e anniversaire de la mort du fondateur de la V° République. Le succès de cette exposition entraina une longue itinérance dans plusieurs villes de France. Enfin, en 1995, c’est à Anglet, et pas ailleurs que Jacques Faisant accepta de célébrer des 50 ans de dessins, en prêtant pour la première fois les originaux de ses dessins dont il fit don par la suite à la Bibliothèque Nationale, lors d’une grande rétrospective.

Anglet n’oublie pas cet ami de talent, ce grand témoin de son temps qui écrivait quotidiennement l’histoire à l’encre de Chine, qui créa des « images mères de toutes les images » du monde politique et sut mettre en avant des modèles simples qu’il dotait d’un esprit gentiment caustique.

La municipalité réfléchit à la manière d’imprimer son souvenir sur le territoire.