Imprimer la page

Depuis le 8 avril 2019, police nationale et police municipale cohabitent à la même adresse rue du 8-Mai, à quelques mètres de La Poste. Propriété de la Ville, le bâtiment accueillait jusqu'à présent cinq fonctionnaires de la police nationale. En 2017, le bail arrivant à échéance, le maire Claude Olive proposait de regrouper au sein d'une structure unique les services de sécurité nationaux et municipaux. Pour le premier magistrat de la Ville, "ce regroupement constitue l’aboutissement d’un processus original et positif d’une mutualisation de moyens entre l’Etat et les collectivités locales dans le domaine de la sécurité. Elle est aussi un évènement important pour Anglet dans notre politique de proximité avec la population et son besoin de sécurité". En filigrane, le projet permet aux agents municipaux de se regrouper sur un seul site. En effet, jusqu'à présent, ils étaient dispersés entre la mairie où se tenait l'accueil du public et le centre technique municipal. La suggestion recevait un avis favorable de la police nationale et du ministère de l'Intérieur.

Locaux municipaux

Le 12 juillet 2017, le Conseil municipal entérinait la décision à l'unanimité. L'agence AADI Architectes basée à Anglet a été chargée de concevoir le projet de restructuration en concertation avec ses utilisateurs. En l'état, le bâtiment ne permettait pas d'accueillir tous les services concernés et nécessitait une mise aux normes d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Aussi les architectes ont-ils travaillé sur une extension du bâtiment initial afin de doubler la superficie totale pour la porter à 326 m2, en rez-de-chaussée.

Accueil mutualisé

Au terme de quinze mois de travaux, l'entrée a été repositionnée sur la façade latérale, côté parking des services techniques de la mairie, afin de développer une rampe pour handicapés. Point clé : l'accueil est commun aux deux services. Les administrés sont reçus par un agent administratif puis orientés vers la police nationale ou municipale en fonction de leur demande (dépôt de plainte, opération Tranquillité vacances, objet perdu, signalement d'un trouble de voisinage...). Les policiers nationaux occupent 116 m2 avec cinq bureaux distincts et un local informatique tandis que ceux de la police municipale bénéficient de 154 m2 comprenant cinq bureaux et des locaux spécifiques de stockage (objets trouvés, équipement). Chaque secteur est indépendant avec un accès commun par l'accueil et un accès secondaire par l'arrière du bâtiment. Un espace de réunion et de détente est partagé, de même que les aires de stationnement extérieures, l'organisation ayant été conçue pour satisfaire aux exigences spécifiques de sécurité (alarme et contrôle d'accès avec caméras) et prendre en compte les horaires différenciés des équipes.

Collaboration renforcée

L'occupation des locaux reconfigurés fait l'objet d'une convention entre la mairie et la direction départementale de la sécurité publique des Pyrénées-Atlantiques. Elle modifie le loyer et prévoit notamment la répartition des charges de fonctionnement. Au-delà, cette proximité renforce le travail quotidien des équipes. "Les forces de police, nationale ou municipale, sont un élément incontournable de cette politique de service aux citoyens, elles sont familières et rassurantes, elles incarnent l’état de droit et la protection des honnêtes gens. En s’associant sous un même toit à Anglet, elles manifestent une volonté politique forte et cohérente.˝, a souligné Claude Olive.

Un protocole de participation citoyenne

Le préfet Eric Spitz a salué cette initiative inédite dans la région et souhaité qu'elle fasse des émules. "J'y vois un symbole de la réaffirmation de la puissance publique" a déclaré le représentant de l'Etat, qui a félicité la Ville d'Anglet pour son rôle de précurseur, comme il l'avait fait un peu plus tôt dans la matinée lors de la signature du protocole de participation citoyenne, là encore un dispositif peu courant, puisque Anglet fut, il y a deux ans, la première ville des Pyrénées-Atlantiques à y souscrire. Initiée par les conseils de quartier, cette démarche consiste à mettre en place un réseau de référents, qui soient des relais d'information, auprès des forces de l'ordre, pour les faits susceptibles de porter atteinte à la sécurité des personnes et des biens. Limité jusque là aux quartiers de Chassin, Larochefoucauld et des Cinq Cantons, ce dispositif est aujourd'hui élargi à l'ensemble de la Ville. "La sécurité, c'est l'affaire de tous" a aussi rappelé le préfet. 

En chiffres

Le coût de la rénovation complète de la maison et de la réalisation des équipements spécifiques de sécurité s'élève à 440 000 € TTC entièrement financé par la Ville d'Anglet.