Imprimer la page

La rue Amédée-Dufourg offre depuis la fin de l'année dernière et la démolition de la Villa Etcheberry, une nouvelle perspective en direction du carrefour Saint-Jean. L'espace ainsi dégagé en face des commerces a été garni de végétation et de mobilier urbain. Suite à une décision du Conseil municipal en date du 7 juillet, il a pris le nom de square De Greef en mémoire de cette famille belge, qui fuyant l'invasion allemande en 1940, s'était installé dans la Villa Voisin, près de la place Lamothe.
Elvire de Greef, dont le nom de code sous la Résistance deviendra Tante Go, y établira le centre névralgique du réseau Comète au Pays Basque, dernière étape de la chaîne d'évasion des aviateurs alliés abattus par les Allemands, avant leur traversée des Pyrénées avec l'aide de passeurs. Elle fut aidée dans cette mission héroïque par son époux Fernand, employé comme interprète à la mairie d'Anglet, son fils Freddy, qui participa à la confection de faux-papiers, et sa fille Jeanine, encore adolescente, qui accompagnait les fugitifs depuis la mairie de Bayonne jusqu'à un refuge provisoire. Plus de 360 personnes, dont 287 pilotes, purent ainsi retrouver le chemin de la liberté en passant par la Villa Voisin, avant de rejoindre l'Espagne.

Cérémonie devant la stèle de la place Lamothe

L'inauguration du square s'est déroulée le vendredi 10 septembre dans le continuité de la cérémonie des 80 ans du réseau Comète, qui a eu lieu le même jour devant la stèle de la place Lamothe. Celle-ci a vu la participation de l'ambassadeur de Belgique en France, Son Excellence François de Kerchove d'Exaerde, de l'attachée militaire de l'ambassade de Grande-Bretagne, le lieutenant Geneviève Rolleston-Smith, du maire d'Anglet, Claude Olive, du président de l'association des Amis du Réseau Comète, Dominique Aguerre, et du dernier témoin de cette page d'Histoire, Christiane Saldias. Toutes ces personnalités ont procédé à un dépôt de gerbes, tandis qu'étaient interprétés successivement, par la banda des Genêts et le choeur des anciens marins, les hymnes français, belge, anglais et américain et qu'étaient hissés les drapeaux de ces quatre nations. 

Un drapeau américain remis à la Ville d'Anglet

A l'issue des discours qui ont ensuite ponctué cet événement à la salle des fêtes de la mairie, l'association des Amis du Réseau Comète a, par les mains de son président Dominique Aguerre, remis au maire d'Anglet, un drapeau des Etats-Unis offert par les descendants d'un aviateur américain sauvé par le réseau Comète, la famille Whitlow de Seattle. Il était assorti d'une plaque portant la dédicace suivante: "Ce drapeau des Etats-Unis d'Amérique a été offert à Monsieur Claude Olive, maire d'Anglet, et à son Conseil municipal par les Amis du réseau Comète, le 10 septembre 2021, en reconnaissance du soutien qu'ils ont toujours apporté à leur association. Ce drapeau a été hissé et a flotté sur le Capitole de Washington le 30 mai 2016 en hommage aux membres de la Ligne Comète, dont l'engagement et la bravoure ont permis à de nombreux aviateurs alliés, notamment les seconds lieutenants Barney Whitlow et James Burch de l'USSAF (Forces aériennes des Etats-Unis) de s'évader via les Pyrénées des territoires occupés par l'armée allemande."

Ils ont dit

Son Excellence François de Kerchove d'Exaerde, ambassadeur de Belgique en France : "Malheur à celui qui ignore l'Histoire. L'Histoire est faite pour apprendre ce que nous avons à affronter aujourd'hui et demain dans notre société.... L'histoire du réseau Comète est remarquable à bien des égards, c'est celle de personnes qui ont oublié leur intérêt premier pour se consacrer à la défense d'un idéal. Le grand courage qui les animait leur a fait renoncer à une vie à peu près normale, parce qu'il fallait d'abord avec humilité et discrétion se mettre en route face à la tyrannie...Nous ne devons pas les oublier parce que nous avons à faire à un monde où les valeurs de démocratie et de respect des droits humains et des libertés fondamentales sont battues en brèche. C'est en nous souvenant de ce qui s'est passé à l'époque que nous réussirons à affronter les difficultés qui sont les nôtres aujourd'hui. Au nom du gouvernement de la Belgique, je remercie très sincèrement la Ville d'Anglet de faire ce travail de mémoire."

M. Claude Olive, maire d'Anglet : "Nous réparons aujourd'hui une longue, trop longue injustice, en donnant à un espace public le nom de la famille de Greef. Nous saluons aujourd'hui la mémoire de ces héros en leur dédiant cet espace central, ce jardin où la vie de la nature se perpétue inlassablement comme doit se perpétuer dans nos esprits et pour les générations futures les exploits de la famille de Greef et ceux de tous les Résistants de Comète....Pour qu'un souvenir demeure vivant, il ne doit pas seulement évoquer le passé mais s'inscrire dans l'avenir. C'est le but que nous poursuivons depuis plusieurs années dans un travail commun avec les Amis du réseau Comète, en essayant de marquer dans notre ville, les noms, les lieux, les actions de celles et ceux qui donnèrent le meilleur d'eux-mêmes au service de la liberté et de la dignité humaine". 

M. Dominique Aguerre, président de l'association des Amis du réseau Comète : "Une nouvelle page d'Histoire s'inscrit dans le paysage urbain d'Anglet pour sensibiliser les générations futures. Les lieux de mémoire que la Ville institue évitent que nos héros ne sombrent dans l'oubli, leur vie exemplaire est ainsi mise en lumière aux yeux de ceux qui découvrent leur passé glorieux... Nous n'oublierons jamais ces combattants de l'ombre. C'est bien grâce à leur volonté de servir la plus noble des causes, au prix de leur vie, que nous leur devons tous notre liberté d'aujourd'hui...Les valeurs qu'ils défendaient s'appellent la justice, la fraternité et la générosité. C'est ce qui fait que l'on appartient à une communauté démocratique pour laquelle nos anciens se sont battus. Nous ne construirons rien de durable si nous laissons prospérer, d'où qu'ils viennent, le racisme, l'intolérance, l'injure, l'outrage et si nous ne combattons pas ce poison pour notre société que sont les discriminations".