Imprimer la page

Dans le cadre de l’entretien des deux massifs angloys, ces derniers font en effet régulièrement l’objet d’une campagne d’abattage destinée à garantir la pérennité de ces sites. Le recyclage de ce bois coupé sous forme de mobilier constitue aujourd’hui une grande première pour la collectivité.

Un coût réduit

Pour pouvoir être réutilisé, le matériau a nécessité un traitement spécifique. Il a été scié puis autoclavé, c’est-à-dire plongé dans un bain spécial destiné à le rendre imputrescible. L’expérience réalisée cet été en partenariat entre la Ville et l’association Atherbea pourrait bien être renouvelée, d’autant que le coût d’une telle opération s’avère bien moindre que si l’on s’adressait à un fournisseur classique.