Imprimer la page

Une espèce impactée

Pendant des décennies, ce rapace a été détruit par l’homme (tir, empoisonnement, effets des pesticides, etc.) ; si bien que son aire de répartition (endroit où il vivait) autrefois si grande, a rétréci pour ne constituer que des noyaux de populations bien éloignés les uns des autres. Des mesures de protection ont été prises (Directive « Oiseaux »*), et ont permis à l’espèce de recoloniser lentement certains territoires perdus.

*La Directive Oiseaux - ou Directive 79/409/CEE - du 2 avril 1979 a pour objectif la protection et la conservation des oiseaux sauvages (gestion des populations d'espèces d'oiseaux du territoire européen).

Le Balbuzard pêcheur est encore aujourd’hui le cinquième rapace le plus menacé de France. 

Grâce aux différentes mesures de protection déployées en Europe, les populations se restaurent et l’aire originelle de l’espèce est peu à peu retrouvée. Malgré tout, la recolonisation reste lente. Le manque de connexion entre les populations abondantes du Nord et celles de plus faibles effectifs, situées dans le Sud est au cœur du problème.

Un programme en faveur du Balbuzard pêcheur en Nouvelle-Aquitaine

Le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels (Landes) a décidé de lancer un programme en faveur du Balbuzard pêcheur en Nouvelle-Aquitaine, basé sur l’enjeu de constitution d’un noyau reproducteur viable dans le Sud-Ouest de la France, en complémentarité avec les autres programmes menés en Europe en faveur de l’espèce.

Il s’inscrit dans le cadre d’un plan paneuropéen adopté en 2016 par la Convention de Berne. Ce programme (2017-2021) a pour principal enjeu de reconnecter les grandes populations du Nord de l’Europe aux populations isolées situées au Sud. Il répond à l’ensemble des critères dictés par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) et a reçu l’appui de nombreux experts scientifiques.

En savoir plus sur ce programme 

Les juvéniles

Entre 2018 et 2021, une trentaine de jeunes balbuzards pêcheurs seront prélevés dans leur nid en région Centre Val-de-Loire. Les petits âgés d’une quarantaine de jours sont descendus au sol avec moultes précautions, ils sont pesés et mesurés sous toutes les coutures et sont, surtout équipés d’une magnifique bague orange comprenant une série de chiffre et de lettres, la couleur est propre à chaque pays (orange pour la France, bleu pour la Grande Bretagne, noir pour l’Allemagne…).

Les oiseaux sont rapidement acheminés sur le périmètre de la réserve naturelle nationale du Marais d’Orx dans les Landes. Ils seront nourris et surveillés jusqu’à leurs départs en migration.

  • Les jeunes passent leurs premières années en Afrique de l’Ouest (au chaud !)
  • Vers l’âge de 3 ans, les balbuzards peuvent commencer à se reproduire, et chose extraordinaire, ils reviennent souvent proches de l’endroit où ils ont pris leurs premiers envols.
  • De plus, ils sont généralement peu farouches envers leurs congénères (les autres balbuzards) et pas racistes pour deux sous.

Les mâles semblent être particulièrement attirants et font poser de nombreuses femelles, leur montrant des sites favorables à la construction de futurs nids.

 

 

 

 

Le Balbuzard pêcheur à Izadia

A Izadia, tous les hivers, quelques balbuzards exploitent le site de quelques minutes à quelques jours lors des crues de nos fleuves et rivières. L’eau de l’océan et des lagunes côtières restant assez claire et propice à la capture à vue des poissons.

Et oui, lors de cette période particulièrement calme, une jeune femelle écossaise née en 2020 (bague bleue n°321) a pris ces aises et stationne depuis la mi-octobre dans le parc, se délectant de nos fameux mulets (muges). Ça n’a l’air de rien mais si son séjour en France se prolongeait sur tout l’hiver 2020-2021, il pourrait alors s’agir d’un premier cas connu d’oiseau écossais en hivernage sur notre territoire ! En effet, habituellement, les oiseaux du Nord et de l’Est de l’Europe passent la mauvaise saison beaucoup plus au Sud (Afrique). Nous lui souhaitons la bienvenue et espérons vous la montrer … discrètement bien sûr !!!

Sources : Syndicat mixte de gestion des milieux naturels RNN Marais d’Orx & Parc Izadia

Moment privilégié avec le Balbuzard Pêcheur